Finir Selakyn


Sommaire

Grâce à ce sommaire vous pourrez voyager à travers les différentes solutions des îles de Selakyn. N’hésitez pas à l’utiliser si vous êtes bloqué à un endroit, une énigme, ou que vous ne savez pas quoi faire. L’ordre des zones correspond à l’ordre recommandé pour faire l’aventure. En effet, les mobs deviennent de plus en plus compliqué à tuer.


Au XIII ème siècle, dans le pays d’Elna, la découverte d’une substance, la Techrylite, créa une vraie révolution industrielle. Cette substance, de par ses propriétés, permettait bien des applications, de l’agriculture à l’ingénierie de pointe.

Durant l’année 1562, les scientifiques remarquèrent une augmentation de la mortalité, ainsi qu’une baisse significative de la fertilité. Après plusieurs années d’investigations, la cause de cette évolution tragique de la population fut découverte. Les gaz produits par l’utilisation de la Techrylite étaient responsables. Bien que des mesures furent prises, il était trop tard. Même en cessant toutes utilisations de ce composé, l’humanité aura périe avant la disparition complète des gaz dans l’atmosphère.

Pour accélérer l’absorption et la destruction de ces gaz mortels, les scientifiques d’Elna créèrent une variété de plantes, issue du croisement des deux espèces de végétaux qui se développaient aux abords des gisements de Techrylite.

Malheureusement, lors des premiers tests, les scientifiques perdirent le contrôle de la croissance de la plante. Celle-ci commençait à envahir les moindres recoins du monde, entraînant ainsi un chaos insurmontable. En plus d’éliminer les gaz mortels, la plante parasitait le corps des personnes fortement exposées à la Techrylite.

Dans l’urgence la plus absolue, Taleg, un archéologue de génie, fut mandaté par son gouvernement. Il devait trouver une relique de légende permettant de voyager dans le temps, dans l’espoir de revenir avant la découverte de la Techrylite. Cette relique serait cachée sur un continent au milieu de l’océan qui bordait son pays. A l’issue de quelques mois de recherche, il trouva les coordonnées approximatives du continent portant le nom de Selakyn. Suite à la déclaration de ses récentes découvertes, il eu l’approbation et le financement nécessaire à son expédition.

A bord de son bateau, le Sofia, avec un équipage de 60 personnes, il partit en quête de la relique. Le voyage dura 8 mois. A l’approche des coordonnées trouvées lors de ses recherches, aucune terre n’était visible à l’horizon. La déception était grande, au point que l’équipage, qui commençait à perdre patience, décida que cette nuit serait la dernière pour Taleg.

L’office n’eut jamais lieu… Taleg se réveilla le lendemain, seul, sur une plage déserte auprès de débris où il pouvait encore lire Sofia.

Carte
« 1 de 5 »

 

null                null                null

 

null                null                null

 

null                null                null

 

null                null                null

 

null                null                null

A l’issue du combat féroce contre l’ultime gardien de la relique, Taleg peut enfin poser les doigts sur le bien qu’il convoitait. Alors que sa main frôle la relique, un flash lumineux émanant de celle-ci l’ébloui. Taleg s’effondre au sol. Il lutte de tout son être jusqu’à épuiser le peu de forces qu’il lui reste pour se maintenir éveillé. Malheureusement, la fatigue le rattrapant, il s’endort empli d’angoisse.

Le lendemain, dans un sursaut, Taleg se lève. Désorienté, il regarde tout autour de lui pendant plusieurs minutes et se rend compte qu’il est de retour dans la cabine de son bateau, mais les mains désespérément vides. “ Tout cela n’était qu’un rêve” se dit-il. Abattu et brisé, il s’avance vers la porte pour annoncer sa défaite à l’équipage. Après quelques pas, il marche sur son sac qui, à sa grande surprise, semble contenir un objet dur. Il prend son sac, le fouille, et découvre la relique. Fier, heureux, il cour vers le pont pour annoncer le retour au pays.

    La frénésie était telle que les festivités ce poursuivirent jusqu’au petit matin, le matin du retour. Le vent fut si favorable que la traversé ne prit que 6 mois. Taleg ne pu expliquer à son équipage la raison de la présence de la relique à bord. Il était évident pour Taleg que la relique avait permis de remonter le temps la veille du naufrage.

    L’arrivée au port, annoncée plus tôt par missive aérienne, fut accueillit avec tout les honneurs. Taleg, peu après avoir posé le pied sur le sol, dû se rendre à la capitale de sont pays. Devant une assemblée composée des dirigeants du monde, Taleg activa la relique. Une lumière aveuglante émana de celle-ci. Ce phénomène était semblable au jour ou Taleg la récupéra. Mais soudain, la lumière disparu, laissant place aux ténèbres. Dans un bruit assourdissant, la pierre disparu et l’assemblé plongea dans un profond sommeille.

    Au petit matin, Taleg se réveilla. Comme il l’avait fait tant de fois par le passé, il descendit prendre son petit déjeuné préparé par sa femme. Il regardait par la fenêtre cette ville qui était si chère à son cœur tout en lisant son journal du jour, c’était le 15 mars 1562. Une phrase résonnait dans la tête dans Taleg :

”Tout rêves équivaux à un souhait, tout souhaits nécessitent une compensation, tu en as déjà payé le prix, tu m’as donné de ton temps.”